• Accueil
  • > La séquence du spectateur...

Archives pour la catégorie La séquence du spectateur…

Joyeux Halloween !

SONY DSC

Bonjour, chers amis neurotypiques !

31 octobre… Inutile de vous faire un dessin : « les citrouilles vont mourir de trouille, car c’est ça, Halloween, Halloween, Halloween ! »

Etant très pris ces derniers temps par mon travail, je n’ai pas écrit grand chose sur les films en cours. En compensation, je vous propose une petite compilation de quelques grands moments de trouille sur pellicule, sans aucune scène gore (enfin, le moins possible). Treize scènes à voir avant minuit, seul, dans le noir, et en poussant le son à fond pour profiter de l’ambiance de rigueur … ha ha ha ha ha ha ha (rire sépulcral à la Vincent Price) !!

 

Image de prévisualisation YouTube

A tout saigneur, toute horreur… le grand-père de tous les films d’épouvante, le Nosferatu  de F.W. Murnau (1922), librement adapté du roman Dracula de Bram Stoker. Quand Uther (Gustav van Wagenheim) réalise enfin la vraie nature de son hôte transylvanien, le Comte Orlock (Max Schreck), il est déjà trop tard… sa chère épouse Ellen (Greta Schröder), somnambule, en fait des cauchemars. Elle n’est pas la seule.

 

Image de prévisualisation YouTube 

1942. Le mariage d’Irena Dubrovna (Simone Simon) et Oliver Reed (Kent Smith) s’écroule, la jeune femme refusant de consommer la nuit de noces par crainte de voir une antique malédiction se réaliser à ses dépens… Cat People (La Féline) du français Jacques Tourneur est resté célèbre pour son art de la suggestion, comme dans cette fameuse scène où Alice Moore (Jane Randolph), la rivale d’Irena, se croit suivie et tente de se changer les idées en allant à la piscine. Mauvaise idée, jeune fille… 

 

Image de prévisualisation YouTube

L’ouverture de Night of the Demon (Rendez-vous avec la Peur, 1957), l’ultime chef-d’oeuvre angoissant de Jacques Tourneur (dangereux récidiviste !), nous place en compagnie d’un infortuné scientifique maudit par le sorcier Karswell (Niall McGinnis). Si le démon (un peu kitsch) fut conçu et filmé sans l’accord du cinéaste, le film n’en demeure pas moins le plus terrifiant jamais tourné, durant les si raisonnables années 1950.

 

Image de prévisualisation YouTube

The Haunting (La Maison du Diable, 1963) de Robert Wise nous invite à séjourner, en compagnie des trois invités du professeur Markway, spécialiste en parapsychologie, à Hill House… une charmante demeure à l’épouvantable réputation, où personne ne passe la nuit. En compagnie de la fragile Nell (Julie Harris), endormie dans la chambre de Theo (Claire Bloom), nous comprenons vite pourquoi. Déconseillé aux insomniaques.

 

Image de prévisualisation YouTube

Hantez, faites comme chez vous… Dans The Changeling (L’Enfant du Diable, 1980) de Peter Medak, John Russell (Georce C. Scott), compositeur endeuillé, emménage dans une vieille maison. Evidemment, il se croit seul… Même l’illustre interprète oscarisé du Général Patton ne peut rien contre une balle très opiniâtre.

 

Image de prévisualisation YouTube

Egalement sorti en 1980, The Fog de John Carpenter, un vieil habitué du genre, confronte les habitants d’une petite ville côtière à des spectres revanchards de très, très mauvaise humeur… Les marins pêcheurs du cru sont les premiers à rencontrer les passagers du navire Elizabeth Dane, et leur Capitaine Crochet !

 

Image de prévisualisation YouTube

« Coulrophobia« , un néologisme de la langue anglaise, signifie « phobie des clowns ». Poltergeist (1982), fruit de l’association de Tobe Hooper et de Steven Spielberg, a largement contribué en son temps à transmettre cette peur ! Tandis que maman Freeling (JoBeth Williams) se délasse, persuadée que sa maison est débarrassée des spectres qui la hantaient, les petits derniers (Oliver Robbins et Heather O’Rourke) s’endorment sous le regard d’un baby-sitter très antipathique.

 

Image de prévisualisation YouTube

L’Exorciste III (1990) de William Peter Blatty (auteur du roman et du scénario du film original) n’est pas un grand film, mais il sait provoquer de sacrés électrochocs… Cette séquence est restée dans les mémoires pour une bonne raison. Un tueur en série, supposé mort exécuté 17 ans plus tôt (à l’époque des évènements de L’Exorciste, donc), rôde-t-il dans les couloirs de cet hôpital de nuit ?

 

Image de prévisualisation YouTube

Le Dracula de Francis Ford Coppola a ramené le roman de Bram Stoker dans la lumière. Les chasseurs de vampires menés par Van Helsing (Anthony Hopkins) et Jonathan Harker (Keanu Reeves), le mari de Mina (Winona Ryder), découvrent les impressionnants dons de transformation de leur ennemi, le Comte Dracula (Gary Oldman), de fort méchante humeur. Les vampires n’aiment pas être dérangés au pieu.

 

Image de prévisualisation YouTube

L’étoffe dont sont faits les cauchemars, à l’intérieur même des contes de fées… Le Labyrinthe de Pan de Guillermo Del Toro envoie une petite fille, Ofelia (Ivana Baquero), récupérer une clé menant à un monde merveilleux. Ce n’est pas sans risques. La fillette affamée découvre qu’on ne mange pas à l’œil, à la table de l’horrible Homme Pâle (Doug Jones)…

 

Image de prévisualisation YouTube 

Peur à l’espagnole, suite… L’Orphelinat, réalisé par Juan Antonio Bayona et produit par Guillermo Del Toro (encore un dangereux récidiviste, monsieur le juge !). Après toutes ces scènes chocs, on se calme et on joue à « Un, Deux, Trois, Soleil » avec Laura (Belen Rueda) et les petits pensionnaires d’ un orphelinat déserté depuis la fin du franquisme. Restez calmes… 

 

Image de prévisualisation YouTube

Ne jamais irriter une vieille gitane… Christine Brown (Alison Lohman), modeste employée de banque, n’aurait jamais dû écouter son patron et refuser une extension de prêt à Madame Ganush (Lorna Raver). La vieille carne le prend très mal… Cet affrontement dans le parking ouvre les hostilités de Drag Me To Hell (Jusqu’en enfer) ; Sam Raimi, Monsieur Evil Dead, est aux commandes, donc ce sera à la fois effrayant, violent… et drôle !

 

Image de prévisualisation YouTube

Check-list : vampires ? OK. Démons ? OK. Fantômes ? OK. Sorciers ? OK. Loups-garous ? … ah, tiens non, pas OK… Pour finir en beauté avec ce passage (doublé en italien) du Wolfman de Joe Johnston, une belle transformation lycanthropique. Une assemblée de doctes médecins londoniens (et un policier joué par Hugo Weaving) examine le cas psychiatrique de Lawrence Talbot (Benicio Del Toro). Et il fallait qu’ils tiennent leur conférence un soir de pleine lune…

 

Dormez bien, et faites de beaux rêves !

 

Ludovic Fauchier (… peux pas dormir… dois laisser lumières allumées…)

Guillermo Del Toro chez les Simpsons

Bonjour, chers amis neurotypiques !

Je ne résiste pas à un petit plaisir comme celui que viennent de nous offrir les créateurs des Simpsons, pour leur 24ème épisode d’Halloween.

Vous connaissez le principe : chaque année, Homer, Marge, Bart, Lisa et Maggie vivent des aventures comico-horrifiques faisant référence à des classiques de l’épouvante, de l’horreur et de la science-fiction sous toutes leurs formes. Cette année, Matt Groening et ses collaborateurs ont confié le traditionnel gag du canapé de générique à Guillermo Del Toro. Le réalisateur de Pacific Rim, Hellboy et Le Labyrinthe de Pan a donc transformé la ville de Springfield en terrain de jeu pour ses monstres favoris. Amusez-vous à reconnaître toutes les « guest stars » et les références (dont celles des propres films de Del Toro) revues à la mode Simpsons !

 

Image de prévisualisation YouTube

Tiens, il y a même l’Hypno-Crapaud de Futurama !

Ludovic Fauchier. …GLOIRE A L’HYPNO-CRAPAUD.

 

 

La séquence du spectateur… bonne année avec les Marx Brothers !

Image de prévisualisation YouTube

Pour entamer cette nouvelle année dans la bonne humeur : une scène irrésistible de LA SOUPE AU CANARD. Un miroir brisé, Harpo Marx déguisé en Groucho Marx face au vrai Groucho… trois minutes de rire non stop ! Avec en guest star, Chico Marx également déguisé…

80 ans ont passé, et ils sont toujours aussi drôles. Merci les Marx Brothers. ET BONNE ANNEE A TOUS !

Ludovic Fauchier.

La séquence du spectateur… spécial Halloween

Image de prévisualisation YouTube

Bonsoir à tous !

Histoire de fêter à la fois Halloween tout en se préparant à la fin du monde (ça file, ça file, mais bon, vous étiez sensés savoir ce qui va arriver dans sept semaines, hein… alors, ne venez pas vous plaindre après) dans la joie et la bonne humeur, un petit extrait de SHAUN OF THE DEAD, cela vous tente ?

Attention, ça tache un petit peu.

Merci Simon Pegg & Nick Frost (le petit rouquin et le bon gros) et leur camarade Edgar Wright derrière les caméras, qui se sont faits connaître en 2004 avec ce petit bijou de comédie horrifique made in England.

Et pour rester dans le ton « Jusqu’ici tout va bien », la jolie affiche de leur prochain méfait :

La séquence du spectateur... spécial Halloween dans La séquence du spectateur... the-worlds-end64944

 

Allez, à la prochaine fois ! … ou peut-être pas ??

Ludovic Fauchier.

La Séquence du Spectateur…

Bonjour à tous ! 

Une nouvelle rubrique dans ce blog, baptisée en hommage à une défunte émission  »La Séquence du Spectateur » !

On verra ou on reverra ici des scènes célèbres, « cultes », etc., sans thème particulier, juste pour le plaisir. Si vous avez des suggestions, n’hésitez pas à m’en faire part.

Histoire de se mettre en jambes - et de se dérider un peu histoire d’oublier une actualité franchement sinistre -, on commence par un extrait de BRUCE TOUT-PUISSANT (2005) : Bruce Nolan (Jim Carrey), ayant obtenu les pouvoirs de Dieu, se venge de son confrère Evan Baxter (Steve Carell) en lui pourrissant son premier JT…

Je ne dirais pas que le film est un chef-d’oeuvre, mais la scène qui suit est irrésistible. 

Image de prévisualisation YouTube

Mieux que les antidépresseurs : Jim Carrey et Steve Carell !



Winx club le film |
La vie est un long film tra... |
Cinéma et science-fiction |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Festival 8-9,5-16
| pieces of one piece
| Site déménage